Témoignage d’Yvonnick Collin

Portrait d'Yvonnick Collin

Yvonnick, récemment nommé Responsable Adjoint du Bureau d’Etudes en parallèle de ses fonctions d’Ingénieur d’Etudes Sup500 du groupe Technique Solaire, nous a rejoint en 2017. Il témoigne aujourd’hui sur son parcours au sein du groupe.

Comment as-tu rejoint le groupe ?

J’ai rejoint Technique Solaire en janvier 2017 pour réaliser mon stage de fin d’études (école d’ingénieurs ENSAM). J’ai ensuite été recruté en août 2017 en tant qu’Ingénieur d’Etudes 100-500 (puissance des projets suivis). En juin 2020, je suis passé Ingénieur d’Etudes Sup500 (puissance des projets suivis). Depuis septembre de cette année, j’occupe la moitié de mon temps en tant qu’Ingénieur d’Etudes Sup500 et l’autre moitié en tant que Responsable Adjoint du Bureau d’Etudes.

Pourquoi as-tu décidé de travailler dans les énergies renouvelables ?

Par conviction personnelle, je souhaitais mettre mon temps et mon jus de cerveau à disposition d’une cause noble et importante. Que ce soit pour des questions environnementales ou pour la sécurisation de l’approvisionnement national en énergie, nous voyons bien que le sujet des énergies renouvelables est un des enjeux du moment.

En quoi consiste ton travail quotidien ?

L’Ingénieur d’Etudes intervient à différents niveaux de la vie des projets : avec le service Développement pour dimensionner et budgéter la centrale, avec le département d’Administration des Projets lors des phases d’appel d’offres et de raccordement, avec le service Achat et la Gestion de Projets pour consulter et attribuer les marchés à nos sous-traitants, etc.

L’Ingénieur d’Etudes passe aussi du temps à se tenir informé des dernières nouveautés pour proposer des centrales conformes et optimales techniquement et réglementairement, les plus compétitives possible et en adéquation avec les besoins des hébergeurs.

Le Responsable Adjoint du Bureau d’Etudes (BE) a entre autres pour mission d’améliorer l’organisation et le pilotage des activités au sein du BE de façon à équilibrer les charges de travail, améliorer les outils et process, prioriser et cadrer les sujets urgents et à forts enjeux.

Quels défis as-tu rencontrés dans ton travail ?

En plus de la métamorphose de Technique Solaire depuis mon arrivé en 2017, le secteur du photovoltaïque est très jeune et très dynamique et chaque semaine vient avec son lot de nouveautés et de défis : nouvelles typologies de centrales, nouvelles technologies, nouvelles réglementations, nouvelles pistes d’optimisation, le tout dans un contexte de hausse des coûts de matières premières, de difficultés d’approvisionnement et de concurrence forte.

Qu’est-ce qui te plait dans ton métier ?

Le métier de Chargé d’Etudes est exigent en cela qu’il requiert de la rigueur, de la réactivité, de l’organisation et de l’imagination pour gérer de nombreux sujets techniques, économiques et réglementaires à forts enjeux. Le développement de Technique Solaire nous offre la possibilité de travailler sur des typologies de projets très variées, en s’appuyant sur de nombreux interlocuteurs internes et externes, et avec l’aide de nombreux outils. Chaque journée apporte son lot de rebondissements, d’urgences, d’évolutions techniques ou réglementaires offrant de nouvelles pistes d’optimisation : c’est intellectuellement très challengeant et c’est la garantie de ne jamais s’ennuyer ! Nous sommes un maillon important de la chaine de valeurs et avons le privilège de pouvoir dimensionner les centrales photovoltaïques et ainsi laisser notre empreinte sur le territoire français et international.

Un petit conseil pour nos futurs collaborateurs ?

Comme dit plus haut, les choses évoluent très vite dans le secteur du renouvelable : tout reste à inventer, tout peut être remis en question, il y a de quoi s’amuser !

 

« Si le Chef de Projet est le chef d’orchestre, le Chargé d’Etudes est celui qui rédige la partition. »

Témoignage d’Audrey Bourlon, Directrice Juridique Le Groupe Technique Solaire franchit le cap des 200 collaborateurs ! 
Articles récents